La Police de Pétion-Ville a retrouvé les corps des deux journalistes assassinés

Dolboard › La Police de Pétion Ville a retrouvé les corps des deux journalistes assassinés ›

Les cadavres des deux journalistes exécutés par des bandits armés hier jeudi 6 janvier 2022 à Laboule 12, dans la localité de Fessard ( Pétion Ville ) ont été retrouvés ce vendredi 7 janvier 2022 par plusieurs agents de la police nationale d’Haïti. « Ils ont été atteints de plusieurs projectiles et n’avaient aucune pièce d’identification », a précisé le juge de paix Naud René Louis, accompagné du commissaire de Pétion-Ville, Caleb Exantus.

Couverts de sang les cadavres des journalistes Jhonn Wesley Amadi et Wilguens Louissaint, exécutés par des bandits armés hier jeudi 6 janvier 2021 dans la localité de Fessard, 3e circonscription de Pétion-Ville, ont été retrouvés  par des agents de la police nationale d’Haïti, accompagnés du juge de paix Eno René Louis qui a fait le constat et du commissaire de police de Petion-Ville, Caleb Exantus. « Au niveau d’un ravin, nous avons constaté deux individus. L’un de grande corpulence et l’autre svelte », informe le juge de paix précisant ne pas avoir trouvé de pièces d’identité sur les journalistes.

« Ils ont été atteints de plusieurs projectiles au niveau du crâne et d’autres dans parties du corps  », détaille le juge de paix Naud René Louis.

 Des journalistes présents au moment de la levée des corps ont confirmé que ce sont bien ceux des journalistes tués.

Selon  Wilman Vil, un des journalistes qui accompagnait les victimes et qui a échappé de façon in extremis aux balles assassines, ces deux travailleurs de la presse ont trouvé la mort au moment où ils tentaient de réaliser un reportage avec le chef de gang dénommé « Ti Makak », à Laboule. Un gang rival serait l’auteur de cette attaque meurtrière.

Après cette exécution tragique, la radio écoute FM où travaillait le journaliste John Wesley Amadi a pris la décision de suspendre sa programmation jusqu’à nouvel ordre.

 Le premier ministre Ariel Henry a, lui aussi, condamné l’assassinat des journalistes qu’il considère comme un acte « barbare ». Il en a profité pour présenter ses condoléances aux familles éplorées ainsi que la presse en général.

Dans la même veine, l’office de la protection du citoyen a déploré l’exécution odieuse de ces deux journalistes tout en exigeant la protection des journalistes et des travailleurs de la presse en Haïti.

Après Diego Charles et Marie Antoinette Duclaire l’année dernière tués lors d’une fusillade à Christ-Roi/Delmas 32, la presse haïtienne continue de compter des victimes.

Share via

Report

What do you think?

61 Points
Upvote Downvote